Congélation de la Seine pour la construction de la ligne 4 du métro de Paris en 1899 !

  -M-_Convention_Metro_ParisRécap rapide :

En 1899, la Seine a été congelée artificiellement pendant plusieurs mois afin de permettre la construction du métro parisien. La ligne 4 en effet, première ligne du métro parisien à avoir un parcours nord-sud, obligea les acteurs du chantier à recourir à la méthode de congélation du sol pour traverser la Seine. La présence d’une ligne de chemin de fer à proximité (le futur RER C) empêchait l’utilisation de caissons comme pour le reste du chantier. Ajouté à cela, le sol était gorgé d’eau et peu résistant, ce qui convaincu l’entreprise d’opter pour la congélation du sol. Il fût décidé de faire circuler de la saumure à -24°C pendant 24 jours. Le fluide circulait dans une soixantaine de tubes de congélation et le sol pu ainsi être creusé selon les méthodes traditionnelles. La réalisation de cette portion, qui ne représentait que 14,50 m de long, dura dix mois !

6cep3bLeWgssDmGR92WOXgkvl1A

 

 

 

le-metro-parisien

 

JPEG - 8.1 ko

La ligne 4 est la première ligne du métro à traverser la Seine. Un premier tracé qui devait assurer le franchissement de la Seine entre le Louvre et l’Institut fut abandonné suite à l’opposition farouche de l’Académie de sentir passer le métro sous les pieds de ses illustres membres.

Le tracé fut donc modifié ainsi : après avoir desservi la place du Châtelet, franchissement en oblique du grand bras du fleuve en amont du Pont au Change, passage sous le Marché aux Fleurs et la Préfecture de police, passage également en oblique du petit bras en amont du Pont Saint-Michel et franchissement dela place du même nom avant de poursuivre sous la rue Danton.

Premiers du genre à Paris, les travaux à effectuer sont remarquables. Ils portent sur une longueur de 1100 m, avec un passage sous-fluvial, la construction des stations Cité et Saint-Michel.

Un concours est donc lancé afin de pouvoir étudier toutes les solutions possibles et aussi d’être en mesure de choisir l’entreprise qui réalisera ces travaux. Des treize candidats qui présenteront 33 projets, c’est l’entreprise Chagnaud qui est retenue. Cette entreprise a fait preuve de sa compétence notamment avec la construction de l’ouvrage de superposition au croisement des lignes 3, 7 et 8 à la station Opéra (photo ci-dessous). Son projet consiste à enfoncer des caissons préfabriqués dans le lit de la Seine. Rappelons pour mémoire que le principal projet concurrent consistait en un creusement horizontal du type galerie.

Nous sommes en 1905, les travaux débutent. C’est tout d’abord le souterrain entre Châtelet et le grand bras de la Seine qui est réalisé, puis à l’aide de trois caissons son franchissement. Vient ensuite la construction de la station Cité à l’aide de trois autres caissons. Ensuite la construction du souterrain se poursuit jusqu’au petit bras de la Seine, puis son franchissement jusqu’à la station Saint-Michel à l’aide de deux caissons. La station est réalisée avec trois caissons supplémentaires. Enfin, le souterrain reliant la station Saint-Michel au bld Saint-Germain est réalisé.

Tous les souterrains ont été réalisés à l’aide d’un bouclier sauf une quinzaine de mètres qu’il a fallu construire en boisant les galeries. Même avec cette technique, le travail est impossible : les terrains sont bien trop meubles. Qu’à cela ne tienne, on va congeler les terrains ! Une quarantaine de tubes enfoncés dans le sol dans lesquels circulera une solution de saumure à -24°, congèleront le terrain en quarante jours. Il faudra dix mois pour réaliser ces 14,50 mètres de tunnel.

Fonçage du caisson central dans le grand bras

JPEG - 13.7 ko

Les caissons

JPEG - 12 ko
Construction d’un caisson sur le quai des Tuileries

Il n’y a pas de place à proximité du chantier, les caissons sont donc fabriqués sur la partie basse du quai des Tuileries. Chaque caisson est composé d’un cuvelage en fonte abritant les deux voies, lui-même entouré d’une carcasse métallique. Cette carcasse reçoit elle même un habillage de tôles qui va rendre le caisson étanche en vue de sa flottabilité. Pour finir, les deux extrémités seront fermées provisoirement.

Le premier caisson est lancé en août 1905. Il est amené à proximité du pont au Change, on le positionne, on construit le cuvelage intérieur (1), l’espace entre les deux cuvelages est rempli de béton (2), le caisson s’enfonce progressivement et se pose au fond du lit de la Seine, dans la tranchée préalablement creusée.

GIF - 22.6 ko

 

 

On installe les cheminées d’accès, on envoie de l’air comprimé dans la chambre de travail ce qui a pour effet de la vider de son eau (3). Puis on remplit le caisson d’eau ce qui a pour effet de l’aider à s’enfoncer (4). Les ouvriers travailleront dans cette chambre sous pression et continueront à creuser jusqu’à ce que le caisson soit à la bonne profondeur (5). Ensuite le dessus du caisson est remblayé et la chambre de travail noyée dans du béton (6). Il ne restera plus qu’à faire la jonction entre les caissons et les tunnels.

GIF - 29.1 ko

 

 

Il est à noter qu’en août 1974 la RATP ayant besoin une nouvelle fois de faire passer une ligne de métro sous la Seine utilisa le système des caissons…

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_4_du_m%C3%A9tro_de_Paris#cite_note-5

exclu : une vidéo,avec une chanson marrante ! lol , retraçant l’histoire de la construction du métro parisien :

Author: phil good

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.